Archives pour la catégorie Energie Propre et renouvelable

VDMT pour la suppression des Diesels

Le diesel, encouragé par l’Etat, les constructeurs automobiles européens et l’industrie pétrolière depuis plusieurs décennies, a atteint une telle proportion qu’il a envahi tout l’espace public, urbain et rural.

Environment activists stand in front of the Federal Administrative Court prior to a trial in Leipzig, Germany, Tuesday, Feb. 27, 2018. The German court ruled Tuesday that cities can impose driving bans on diesel cars to combat air pollution, a decision that could affect millions of drivers and the country's powerful auto industry.  (AP Photo/Jens Meyer)
Environment activists stand in front of the Federal Administrative Court prior to a trial in Leipzig, Germany, Tuesday, Feb. 27, 2018. The German court ruled Tuesday that cities can impose driving bans on diesel cars to combat air pollution, a decision that could affect millions of drivers and the country’s powerful auto industry. (AP Photo/Jens Meyer)

Décliné depuis les années 90 et 2000 sous de multiples appellations, DCI, HDI, TDI, TDCI, DTI…, son caractère outrancier, son usage inadapté sur de courts trajets, associés à son dérèglement et son mauvais vieillissement, rendent sa fréquentation insupportable pour les citoyens des villes, petites, moyennes ou grandes.
Où que vous soyez en France, piéton, cycliste ou automobiliste, qu’il vous précède ou vous dépasse, vous l’entendrez avec son claquement et son grondement caractéristiques, verrez ses volutes de fumées et le sentirez. L’odeur très forte et étendue qui s’en dégage est d’ailleurs son principal désagrément.
Problème de taille : ses rejets sont à la fois très toxiques (PM, HAP cancérogènes certains, NOX…) et mauvais pour le climat (N2O, NO2, PM, black Carbon suie…).
Chaque utilisateur de ce moteur, même le plus moderne, devient à la fois pollueur en viciant l’air et en dégradant son environnement, et victime en tant qu’être humain, consommateur, agent économique, contribuable…
Inutile de préciser qu’un outil de mobilité aussi nuisible pour l’Homme devrait être interdit et retiré de la circulation et de la vente, à l’instar d’un produit alimentaire impropre à la consommation.

Guillaume Muller

Tout sur la pollution de l’air aux particules fines

L’atelier SET – Energie Propre (responsable : Guillaume Muller) s’intéresse particulièrement à la pollution de l’air, notamment celle générée par les véhicules diesel, et propose des solutions alternatives.

Nous sommes en contact avec les associations spécialisées comme Strasbourg Respire. Voici un exposé détaillé sur la nocivité de la pollution de l’air par Thomas Bourdrel.

VDMT – Diesel – changeons Crit’air

Guillaume Muller des associations  « Val-de-Marne en Transition » et « Sucy Environnement et Transition » atelier Energie Propre lance un appel à dimension nationale.

Appel pour une modification des conditions d’attribution de la prime à la conversion et de la classification Crit’air pour sortir du diesel et améliorer la qualité de l’air

La prime à la conversion est actuellement subordonnée à l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion classé Crit’air 1 ou 2 émettant moins de 130 grammes de CO2/km. 

Or, dans Crit’air 2 figurent les véhicules diesel dont la première mise en circulation est à partir du 1er janvier 2011 (norme euro 5).

Tableau de classification Critair

Dans les faits, vous pouvez donc acquérir un véhicule diesel âgé de 7 ans et bénéficier de la prime à la conversion.

Cette mesure semble incohérente et contradictoire avec l’impérieuse nécessité d’améliorer la qualité de l’air lorsque l’on connait la particulière nocivité des émissions des moteurs diesel (* gaz classés cancérogènes certains par l’OMS) et la dégradation dans le temps et l’inefficacité du filtre à particules.

Pour accélérer la sortie du diesel en France et ainsi protéger les populations en ville, il apparaît urgent et impératif :

– d’exclure les véhicules particuliers et utilitaires diesel dans l’attribution de la prime à la conversion ou de limiter celle-ci aux classes 0 et 1 de Crit’air.

– de déclasser les véhicules particuliers et utilitaires diesel à Crit’air 3, la classe Crit’air 2 les plaçant injustement à égalité avec les véhicules à essence dont la première mise en circulation est jusqu’au 31 décembre 2010.

– de tenir compte des émissions en conditions réelles et non au banc d’essai dont les limites ont été clairement démontrées lors du  Dieselgate.              

Par ailleurs, le calcul du CO2 qui favorise le diesel (alors qu’il a été démontré que celui-ci était en réalité plus émetteur qu’un véhicule à essence) ne doit plus être le seul indicateur des émissions des véhicules et doit être assorti à la mesure du NO2 (dioxyde d’azote), gaz particulièrement nocif.

Voici le texte en pdf :  Appel co-signé 2018-05-01

Guillaume Muller, association « Val-de-Marne en transition »

JeanBaptiste Renard, directeur de recherche au LPC2E-CNRS à Orléans

Olivier Blond, président de l’association Respire

Pierre Souvet, médecin cardiologue, président de l’ASEF

Florence Trébuchon, médecin allergologue

Thomas Bourdrel, médecin radiologue, collectif Strasbourgrespire

Gilles Dixsaut, président du Comité francilien contre les maladies respiratoires